Les Echos du 25 mars 2018 – Paris

Ce rendez-vous s’inscrit dans un nouveau cycle de Rencontres pour L’Essentiel en 2018 dont voici l’invitation initiale : News#1


Préambule à la Rencontre

Un atelier corporel de Do-In fut proposé en amont de la Rencontre par Renaud. Certains participants y ont participé.

Le Do-In est une technique d’automassage qui stimule les différentes parties du corps par des pressions à l’aide des doigts.

 


Rencontre en 5 actes

 

La membrane : les qualités nécessaires au fonctionnement d’un groupe

Venir aux Rencontres de L’Essentiel, c’est pendant trois heures faire une parenthèse :

  • dans laquelle nous apportons chacun un peu de nous et aussi de l’extérieur ;
  • pendant laquelle nous nous penchons à la fois sur nos questionnements personnels et ceux qui peuvent être mis en commun

Nous nous inspirons des mécanismes de fonctionnement d’un groupe exposés dans le livre de Pablo Sevigne et Gauthier Chapelle, L’entraide, l’autre loi de la jungle. Pour qu’un groupe fasse corps, trois éléments doivent être réunis pour créer une cohésion :

  1. Le sentiment de sécurité > chacun doit se sentir à l’aise et libre de dire.
  2. Le sentiment de confiance > chacun doit accueillir les idées et paroles des autres sans jugement (même en situation de désaccord) et sentir que les siennes le sont réciproquement.
  3. Le sentiment d’équité > le groupe doit veiller à l’égalité/équité de parole

 


Tour de cercle : le warm-up !

Chaque Rencontre est ouverte à de nouveaux participants. Le tour de cercle permet une mise en connexion et chacun exprime  –s’il le souhaite– ce qui le motive à être là.

  • Joana – danseuse, musicienne, chorégraphe. Valeurs dans L’Essentiel qui l’intéressent. Comment travailler en groupe ? Sortir des fonctionnements pyramidaux. Entraide.
  • Olivier – danseur, chorégraphe. Curiosité pour le co-développement. Comment organiser une société autrement ?
  • Géraldine – travaille depuis 20 ans dans le domaine de la danse. Crise intérieure en 2015. Questions sur son implication dans notre monde. Aspire à des changements dans sa manière de vivre et de travailler. S’inscrire dans un projet qui expérimente. Lance l’utopie de L’Essentiel. En est aujourd’hui facilitatrice, sans en avoir l’exclusivité.
  • Etienne – ingé son à Radio France. Suit depuis le début L’Essentiel à distance. Pour lui ce projet a un objectif clair : changer de vie. Sénégalais venu jeune en France : fait la navette entre les deux pays. En quête d’une qualité de vie.
  • Vincent – paysagiste, après avoir été danseur. Période de transition. Interpellé par Les « mots » de/sur L’Essentiel. Profondément intéressé par le concept de « jardins en mouvement » de Gilles Clément. Au minimum « contre », au maximum « avec ».
  • Valérie – avant tout heureuse d’être là. Témoin/participante de quelque chose en construction, qui tisse des liens. « Chacun peut avoir sa place ». Proche du Mouvement Colibris. Vient du milieu associatif. En transition graduelle.
  • Clément – danseur, peut-être chorégraphe ! Praticien depuis peu de Feldenkrais. Adore l’Aveyron ! Découvre le projet. Content d’être là. L’Essentiel lui inspire la notion de « Gentillesse » pour laquelle il apprend (compte tenu de son prénom !) à accepter que c’est une belle valeur.
  • Marjorie – plasticienne. Très contente d’être là. Touchée par l’invitation. Lecture du Blog. Par nature, transportée/exaltée par tout ce qui lui correspond. Or là tout lui correspond : c’est rare ! Convictions éthiques, à différencier de sa famille. Intuition profonde d’avoir sa place dans ce groupe.
  • Emmanuelle – scénariste, réalisatrice, journaliste. Suit de près et à distance depuis longtemps L’Essentiel. Beaucoup de choses la séduisent. Travaille souvent seule. Comment être en groupe ? « Bienveillance », avec des difficultés à accepter ce terme à la mode.
  • Mike – canadien anglophone, compagnon de Géraldine. Présent dans L’Essentiel depuis le début. Souhaite participer à un lieu de culture à la campagne, mais ni trop loin et ni trop proche d’une grande ville. Aime l’orientation actuelle de L’Essentiel : communication organisée, sereine, humble où il est possible d’exprimer ses désirs, ses idées.
  • Renaud – musicien, praticien de Shiatsu et Do-In. Participe au projet depuis le début. Transporté par le collectif. Aime l’idée d’une épicerie « fantastique », « lunaire ». A participé au voyage en Aveyron. Les discussions apportent des choses pour soi-même.
  • Isabelle – psychologue clinicienne. Présente dès le début du projet, dès le rêve de L’Essentiel fin 2015.  Y trouve un espace de réflexions et de rencontres pour inventer une autre manière d’être ensemble et travailler ensemble.

 


La création de L’Essentiel

IC_site JF Noubel

Une fusée à 5 niveaux

Le chemin de l’idée à l’action, à la lumière de l’Intelligence Collective, la révolution invisible, selon Jean-François Noubel. Quatre séquences :

  1. Réflexion
  2. Formulation des options
  3. Sélection d’une option finale
  4. Action : étape qui implique de nombreux « mini-cycles » de réajustement avec à nouveau les séquences « réflexion-options-choix-action ».

Proche du schéma de JF Noubel, L’Essentiel se présente a priori comme une fusée à 5 étages :

  • Les premiers participants ont monté le premier niveau : ils ont défriché les constats et exprimé tous azimuts, sans organisation, dans un lâcher-prise, les besoins et les valeurs communes.
  • Nous en sommes en 2018 au second niveau : affiner la raison d’être du projet, préciser les envies à assembler et poser les bases.
  • Il y aura dans le futur à élever le 3ème : structurer les composants fondamentaux
  • Le 4ème pour décoller : mettre en œuvre (trouver un lieu)
  • Et enfin le 5ème : entretenir le « mouvement perpétuel » !

Un double dessein

  1. un lieu de réflexions et d’échanges sur les projets personnels des uns et des autres
  2. un lieu physique accueillant des activités où chacun.e y déploierait ses nécessités, son besoin de sérénité, son ressourcement.

 


On défriche, on sème des idées !

Rappels sur le processus de co-développement

Conditions nécessaires au bon fonctionnement du processus :

  • confidentialité,
  • bienveillance,
  • qualité d’écoute,
  • parler « vrai » (dire « je »)
  • autonomie de celui qui expose sa problématique (fait librement ses choix dans les propositions faites par les participants)

Présentation des 6 étapes à partir de l’article d’Adrien Payette (l’un des inventeurs) : Le codéveloppement : une approche graduée

 

Mise en expérience du processus en version « flash » 

Deux problématiques apportées par deux participantes sont soumises au groupe. Répartition en deux groupes de 5 personnes + 1 facilitatrice. Durée : 45 mn

Les questions ayant des résonances au-delà des deux participantes, nous décidons avec l’accord de chacun.e de partager leurs contenus. Ils constituent un éventuel point de départ pour d’autres exercices de co-développement sur les mêmes sujets ou sujets connexes.

Renc 25 mars 18 - FGO-Barbara

Groupe 1 :

Comment trouver les moyens pour monter un projet artistique ? Quelles seraient les façons de faire ? Car auto-investir est coûteux dans tous les sens du terme. Demander des subventions est pénible à faire. Sentiment de perdre son temps.

Propositions des membres du groupe :

  • accepter de ne pas pouvoir complètement changer le système économique actuel et développer son utopie (faire autrement).
  • accepter qu’il y ait un/des tiers pour financer (subvention, participations, produits dérivés, recette du bar…) tout en associant l’auto-financement, le bénévolat, la contribution…
  • travailler de diverses manières avec les personnes avec lesquelles il y a réciprocité possible d’intérêt(s)
  • créer un site et s’appuyer sur les réseaux sociaux (facebook…)
  • proposer un modèle économique différent qui responsabilise et autonomise les participants dans un projet
  • créer ou intégrer un lieu où il est possible d’inventer un modèle économique qui corresponde mieux et qui induira pas-à-pas des changements dans le système économique actuel
  • partir du lieu où l’on souhaite réaliser le projet
  • fidéliser un public dans un lieu où l’on se sent bien

A suivre…

 

Groupe 2 :

Quelle pertinence à lier/allier deux activités : l’une ancrée et concrète, l’autre plus intellectuelle ? Dans le cas précis : l’épicerie et l’accompagnement artistique. Et comment ?

Suggestions des membres du groupe :

  • aucune contradiction : les deux pans de l’activité peuvent tout à fait s’imbriquer.
  • poser la question de la succession ou de la simultanéité (passer de l’un à l’autre et diviser le temps ou mener des activités de concert). Les mener ensemble serait préférable.
  • se concentrer dans un premier temps sur l’épicerie (forme juridique conforme à l’esprit du projet de L’Essentiel : coopérative ?  Implantation qui permet la rencontre avec les habitants) et l’accompagnement des artistes viendrait naturellement trouver sa place ensuite (expérience déjà maîtrisée pouvant facilement être réactivée)
  • interroger le sens du mot « épices ».
  • Aller essentiellement à la rencontre des producteurs bios et locaux et proposer de rassembler leurs produits en un « lieu unique ».
  • au-delà des produits (en vrac), il pourrait être intéressant de proposer des ateliers de transformation des produits (recettes, élaboration collective/créative, cuisine), dans une dimension à la fois pédagogique et créatrice de collectif.
  • une activité connexe pourrait aussi être l’occasion de prolongement, de repas ou de fêtes, d’événements associant justement des artistes ou une dimension artistique.
  • de plus en plus de gens sont désireux de coupler les choses et pourquoi pas, de rêver à une coopérative qui s’occuperait aussi bien de cuisine que d’art, de nourriture que de culture, dans un mouvement qui permette de passer de l’un à l’autre.

A suivre…

 


On sonde les troupes ! Tour de table à la fois dernière étape de l’exercice de co-développement et clôture de la rencontre

Les 12 participants décident de rester ensemble pour partager leurs impressions sur la Rencontre. Commentaires regroupés par thèmes :

Entre Cristal et Fumée_H.Atlan

Retour sur le processus de Co-développement, et pertinence ou non de sa présentation à chaque rencontre :

  • Ecoute et qualité de l’écoute. Pas de précipitation à dire. Circulation des idées.
  • Ecoute active. Contribuer à quelque chose de réellement plus grand que soi.
  • Tour à tour état d’écoute active et contemplation. Réveil beaucoup d’envies. Oser dire sans avoir peur.
  • Frustration dans l’exercice : une contrainte qui ouvre l’écoute de soi, de l’autre, des autres.
  • Le cadre contraint et permet la liberté.
  • Pas d’enjeux de réalisation.
  • « Je ne maîtrise pas mais j’essaie » : d’être facilitateur, de présenter une problématique…
  • On a envie, on décide faire comme les enfants.
  • Lorsque Daniel Larrieu (chorégraphe) s’apprête à mener un atelier avec des enfants, plutôt que de leur dire  « On va faire de la danse », il leur dit « On va faire une catastrophe ! »
  • Incontournable temps de présentation du processus pour faire connexion et créer la confiance. Plusieurs facilitateurs pourraient le présenter à des petits groupes pour la prochaine Rencontre.
  • Nous pourrions inventer une contrainte collective dans un tour de table. Appliquer le processus de co-développer dès le début de la Rencontre : « Moi, aujourd’hui, L’Essentiel, c’est ça… ».

Le préambule corporel à la Rencontre :

  • Exercice physique proposé par Renaud fut positif. Connexion à soi et aux autres.
  • Clément serait d’accord de le mener à la prochaine rencontre, en juin.

Le projet de L’Essentiel :

  • Pertinence de la double idée/orientation du projet : projet individuel / projet commun. Ces 2 dimensions traitées simultanément permettent de fédérer les énergies. Cette formule évitera les écueils du trop vite/trop lent de beaucoup de projets et pourra garder du souffle longtemps.
  • Un double mouvement vertueux. A préserver. Evite de figer.
  • Apprendre une méthode de travail, de réflexion. Nécessite d’être présent.

Présentation de L’Essentiel à chaque rencontre : oui/non ?

  • Important pour équité entre anciens/nouveaux participants.
  • Imaginer que la présentation se fasse de manière successive par différents participants ayant déjà participé aux Rencontres ?

Conclusion

  • Un nouveau participant a mis en mots ce qui apparaissait à la fois concret et nébuleux dans le projet de L’Essentiel; et a indiqué les vertus de cette double qualité. Une parole fraîche qui a permis de voir plus claire : ce qui permet d’avancer.

Ne pas savoir pourquoi je suis là mais y être, c’est un sentiment de liberté !


 

Prochaines Rencontres
  • Dimanche 10 juin 2018  – 11h à 14h à Paris / FGO-Barbara (précédé d’un atelier corporel à partir de 10h15 mené par Clément)
  • Dimanche 1er juillet 2018 – 11h à 14h à Paris

pour s’inscrire
lien

recevoir les infos
contact@l-essentiel.fr


Liens utiles pour suivre L’Essentiel

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s